Mon parcours professionnel

J’ai commencé ma vie professionnelle en Russie. En 1985, je suis entrée à l’université de médecine. J’avais 17 ans et ma motivation principale pour devenir médecin était d’aider les personnes en souffrance.  Plus tard, j’ai déménagé en Ukraine à Odessa où j’ai continué mes études de médecine. A la fin de ces études, j’ai obtenu le diplôme de médecin spécialiste en neurologie. Jusqu’à 2000, j’ai travaillé en tant que neurologue en Ukraine.  En pratiquant la neurologie, j’ai remarqué alors souvent qu’une partie des symptômes présentés par mes patients disparaissaient si je réussissais à avoir avec eux le contact bienveillant et sincère, l’empathie, l’écoute attentive sans critique et avec le respect de leur individualité. L’envie de mieux comprendre mes patients, de les aider en utilisant la force de la parole et de la relation thérapeutique m’a amené tout d’abord à l’étude approfondie et indépendante de la littérature psychologique et psychothérapeutique. Ensuite j’ai participé aux ateliers psychothérapeutiques.

J’avais l’intention de devenir spécialiste en psychothérapie.  Pour cela en 1999, j’ai commencé la formation approfondie en psychothérapie à l’Académie médicale d’enseignement postuniversitaire. En 2002, j’ai obtenu le certificat ukrainien de médecin spécialiste en psychothérapie.

Dans le même temps, de 2000 à 2003, j’ai suivi une formation dispensée pour les médecins et pour les psychologues. C’était la formation à la psychothérapie existentielle-humaniste intégrative, à l’accompagnement psychologique et à la gestion de groupes (ateliers psychologiques, groupes de parole, thérapie de groupe, etc.) à l’Ecole Internationale de psychothérapie «Harmonia» à Saint-Pétersbourg (Russie). Le programme d’études a été élaboré en coopération avec les professionnels et les écoles reconnus des Etats Unis. La particularité de cette formation était la concentration sur l’apprentissage pratique des savoir-faire en psychothérapie, le travail personnel sur soi-même, l’apprentissage à construire des relations thérapeutiques avec le patient, à l’écouter, à l’entendre en respectant sa personnalité et sa liberté. En 2003, j’ai obtenu le diplôme de fin d’études. Durant toute cette formation, j’ai fait de la psychothérapie individuelle, de la supervision et j’ai participé à la thérapie de groupe.

En 2000, j’ai commencé à exercer activement la psychothérapie et la consultation psychologique. A ce moment-là, la plupart de mes patients était des marins et des étudiants de l’Académie Maritime. Les problèmes essentiels qu’ils me présentaient étaient liés à leurs difficiles conditions de travail, aux situations imprévues, à la séparation d’avec leur famille, à la nécessité de travailler ensemble avec des gens qu’ils n’ont pas choisis, aux difficultés d’adaptation après leur retour etc.

En 2002, j’ai commencé à travailler en tant que médecin-psychothérapeute dans un centre médical privé. Mes premiers patients étaient des personnes souffrant d’obésité, de troubles alimentaires. J’exerçais avec eux la psychothérapie en groupe et la psychothérapie individuelle pour les aider à maigrir et à changer leurs habitudes alimentaires. Par la suite, j’ai pris en charge des personnes qui présentaient des problèmes psychologiques différents et avaient besoin de psychothérapie. Dans ce centre, j’ai élaboré et ai animé les ateliers de gestion du stress et d’acquisition des connaissances et savoir-faire en consultation et en communication psychologique.

En 2003, j’ai commencé à travailler en libéral en tant que psychothérapeute. J’exerçais la psychothérapie individuelle, de couple et de groupe. J’ai élaboré et ai animé des ateliers psychologiques et des groupes de développement personnel dont les thèmes étaient : «Formation d’une équipe», «Gestion du stress», «Syndrome d’épuisement professionnel (Burn out)», « Acquisition des connaissances et des savoir-faire en consultation psychologique», «Moi et ma colère», «Communication efficace», « La résolution des conflits ». J’ai animé également un groupe de parole pour les personnes ayant subies la perte d’un proche.

En 2006, j’ai déménagé en France. J’y ai commencé à exercer la psychothérapie avec des émigrés russophones en les aidant à surmonter leurs problèmes liés à l’adaptation, à l’intégration, à la barrière linguistique, à la réalisation de soi-même, à la différence culturelle, aux conflits de couple et de famille, etc.

Aujourd’hui, j’exerce ma profession en français aussi bien qu’en russe. Mon cabinet se situe à Muret (15 km de Toulouse).  La plupart de mes patients sont francophones. J’ai également des patients russophones. Je propose mes services à tous ceux qui ont des difficultés psychologiques, qui éprouvent une souffrance psychologique ou ont besoin d’un accompagnement en développement personnel ou en réalisation de leur projet.

Je pratique la psychothérapie individuelle (approche existentielle humaniste intégrative et centrée sur la personne) pour les adultes et les adolescents, la thérapie de couple (approche systémique), la thérapie de groupe, les groupes de parole. J’ai par ailleurs développé les consultations psychologiques en ligne via Skype. Je continue toujours mon perfectionnement professionnel et je participe aux formations professionnelles complémentaires. J’anime à Muret un groupe d’intervision de psychologues et de psychothérapeutes. Je suis une supervision individuelle de ma pratique professionnelle avec l’un de mes professeurs en psychothérapie.

Les domaines professionnels qui m’intéressent le plus : Les problèmes : Les anxiétés. Les angoisses. Les phobies. Les dépressions. Les problèmes de communication entre les gens. Les problèmes de relations avec les autres. Les conflits avec les autres. Les conflits intérieurs. Le manque de confiance en soi et en les autres. Les traumatismes psychiques et leurs conséquences. Le deuil. Les crises. Les problèmes existentiels comme l’angoisse de la mort, l’absence de sens dans la vie, la liberté de faire les choix dans sa vie et de prendre la responsabilité pour ces choix, l’isolement et la solitude. La dépendance. Les ressources : L’authenticité. Etre soi-même. Etre ouvert et en même temps protégé. La connaissance de soi-même, de ses ressources. Le développement de la prise de conscience de soi-même. Savoir résister aux manipulations. Oser vivre sa vie. Etre acteur de sa vie. Devenir indépendant. Trouver l’équilibre entre soi et les autres. Recréer le contact avec son enfant intérieur. Apprendre à entendre sa voix intérieure.

J’ai signé le contrat avec la CPAM de la Haute-Garonne et participe au dispositif expérimenté « Prise en charge par l’Assurance Maladie des thérapies non médicamenteuses réalisées par les psychologues cliniciens et par les psychothérapeutes agréés ARS». Celui-ci durera jusqu’au mois d’octobre 2020.

Quelques photos de ma formation en psychothérapie